Aller le contenu

Quantpunk

[English translation: we are working on a French short story anthology, with a « Quantum Punk » theme. Submissions — in French — are welcome here: http://www.val-sombre-editions.com/]

#

Les éditions Val Sombre lancent un appel à textes sur le thème « Quantpunk ».

Quantpunk kézako ? Et bien justement c’est l’occasion pour vous de le décider !

Nous avons fabriqué le mot un peu par plaisanterie il y a quelques mois après avoir remarqué que la physique quantique, pourtant cruciale dans le monde moderne (sans elle, pas de transistors donc pas d’ordinateurs, pas de centrales nucléaires ni de panneaux solaires, pas d’horloges ultra-précises donc pas de GPS, pas d’IRM, pas de tomographie…) n’était pas souvent présente en littérature.

Peut-être est-ce à cause de sa complexité ? Mais le monde moderne est lui aussi de plus en plus complexe : l’inventeur génial et solitaire est de plus en plus une relique du passé, remplacé par de grandes équipes de spécialistes chacun de leur petit domaine, fonctionnant en symbiose dans des installations où les expériences se font selon des processus industriels (pour chaque nouveau médicament lancé, des milliers de molécules sont testées sur des milliers de problèmes différents, dans des machines automatisées qui rappellent un peu les cascades de centrifugeuses employées pour enrichir l’uranium à des fins militaires). Les gouvernements s’appuient de plus en plus sur des masses de technocrates, eux aussi spécialistes chacun d’un problème particulier. Il est bien loin, le siècle des Lumières où de doux rêveurs pouvaient croire qu’il était possible de compiler toute la connaissance du monde dans un ouvrage que chacun pourrait lire et apprendre. Aujourd’hui, nous avons certes Wikipédia — un projet d’une ampleur infiniment plus vaste –, mais la première réaction d’autrui lorsque vous l’évoquez est « Oh, mais on ne peut pas se fier à Wikipédia » : le doute et l’incertitude se sont infiltrés au coeur de notre connaissance — incertitude qui est centrale à la physique quantique… Et peut-on croire que le futur sera moins complexe que le présent ? J’en doute…

Peut-être est-ce aussi à cause de l’incertitude intrinsèque au monde quantique — difficile de raconter les aventures de particules dont on peut connaître la direction mais pas la position, ou l’inverse ; difficile aussi de raconter une histoire lorsque le temps lui-même n’existe pas forcément.

Difficile… mais peut-être pas impossible. Au final, la base d’une histoire, c’est l’humain. Dans le Steampunk, on parle de tout ce qui a été soudain rendu possible pour les humains grâce aux machines et à l’industrialisation — dans un cadre où tout était encore à peu près simple, à peu près compréhensible même sans connaissances scientifiques importantes. Le Cyberpunk est un peu le cauchemar d’un monde où l’humain est transformé, voire avalé par l’informatique (l’idée de Neuromancien est venue à William Gibson en voyant à quel point certains jeunes étaient complètement absorbés par les premières bornes d’arcade, au début des années 1980).

Comment l’humain peut-il interagir avec le quantique ? Comment peut-il être transformé ? Qu’est-ce que le quantique rend possible, qui ne l’était pas jusque là ? Voilà les questions qu’une histoire Quantpunk devrait (je pense) aborder.

Mais il y a aussi l’aspect Punk, n’oubliez pas…

Ci-dessous le texte de l’AT. Bonne chance !

Appel à textes : Quantpunk

Échéance : 30 novembre 2014

Support de publication : Anthologie papier

Le Quantpunk est un courant et une esthétique dont l’intitulé a été formé par allusion au Cyberpunk et au Steampunk. Il se définit par l’utilisation des concepts, techniques et inventions lié(e)s à la physique quantique. Le courant se revendique également de l’esthétique / philosophie punk, c’est-à-dire :

– L’accessibilité, le bricolage plutôt que la virtuosité.

– Pas de nostalgie, pas de révérence due aux prédécesseurs (« No Past ») ou aux structures en place (qu’elles soient politiques, religieuses, économiques ou autres). Une vision anarchiste où prime la liberté individuelle. Pas de lendemains qui chantent mais une vision nihiliste (« No Future ») ;

– Une préférence pour dire les choses franchement, crûment, même si (en fait surtout si) c’est incendiaire et confrontationnel, même si cela touche des sujets sensibles comme la société, la politique, la drogue, le sexe et les tabous. Il ne peut rester aucune zone d’ombre lorsqu’on met le feu à la baraque.

Consignes :

• Tous les genres sont acceptés (mais quantum et punk doivent être centraux).

• Pour les textes : 60 000 signes espaces comprises maximum, police Times, taille 12, interligne simple.

• Merci de préciser le nom sous lequel vous voulez être publié (ainsi qu’un lien vers votre site).

• Format .odt ou .doc

• Envoi des textes à : quantpunk@gmail.com

• Date limite des envois : 30 novembre 2014.

Dans votre mail, précisez vos nom et prénom (ou le pseudo sous lequel vous souhaitez être publié), le titre de votre texte. Le titre du texte doit également figurer dans l’objet du mail. Pensez à préciser le titre de votre nouvelle sur le texte même.

L’AT donnera lieu à une publication papier. Les auteurs retenus recevront des exemplaires de l’anthologie et auront la possibilité de se procurer des exemplaires supplémentaires au tarif auteur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :