Aller le contenu

Politique et psychologie

Intéressant comme la définition actuelle de l’esprit critique semble consister à mettre en doute TOUT ce que dit le camp « opposé », et RIEN de ce que dit « son » camp. (De même, ce désir de s’assimiler à 100% à un « camp » ou une identité est assez curieux, comme si on pouvait imaginer qu’une personne puisse être absolument identique à un groupe d’autres, sans la moindre nuance. Mais passons.)

Il ne semble plus y avoir de place pour les nuances ou la subtilité. Deux conséquences:

  • Le dialogue politique n’est plus possible. La Cité est nécessairement constituée d’intérêts divers, qui voient les choses sous des perspectives différentes, mais qui doivent quand même travailler ensemble tous les jours. Il faut donc faire des compromis. Mais si l’on part de l’hypothèse qu’UN SEUL groupe de personnes détient « La Vérité », on ne laisse aux autres d’autre possibilité que de se taire (pour ne pas être plus grossier). Corolaire: s’il y a plus de deux groupes d’intérêt en présence, il est possible que le groupe qui l’emporte ne représente pas la majorité : car les autres groupes, qui seraient majoritaires s’ils pouvaient s’entendre entre eux, n’essaieront jamais de trouver un compromis entre eux. Le refus d’accepter les nuances aboutit donc à un résultat non démocratique. Bravo…
  • Comme le monde se refuse encore et toujours à être parfaitement conforme aux vues de son groupe (Ah, si seulement on pouvait avoir toujours à 100% raison, surtout sur des questions incertaines comme l’économie ou la société!) — comme le monde se refuse toujours à être parfaitement blanc, il ne peut être qu’absolument noir. Les nuances de gris n’existent plus; et il en résulte une profonde déprime (et une colère, car il est plus agréable d’être furieux que déprimé) chez toutes les personnes concernées, au lieu du détachement ironique que maintenaient nos parents et grands-parents. Ceux-ci se doutaient bien que les politiciens, même les meilleurs, n’ont pas toujours raison, et qu’ils peuvent souvent être aveugles, incompétents, corrompus, etc. — probablement même encore plus à leur époque qu’aujourd’hui, avec toutes nos écoles, nos tests de sélection et nos lois contre la prévarication.

Ce paradoxe montre bien qu’on nage dans l’irrationnel — la psychologie…

Soyez sympas, faites-vous du bien, adoptez une nuance de gris aujourd’hui. Merci.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :