Aller le contenu

De Paris-Est et LA-West…

Wandering City a publié un très bon exposé sur cette aberration qu’est le bâtiment « François Mitterrand » de la Bibliothèque Nationale de France (BNF). Elle montre bien ce qui arrive lorsqu’on laisse un architecte (Dominique Perrault) privilégier le concept sur la fonctionnalité : « Oh, faisons des bâtiments en forme de livres, ouverts les uns sur les autres ! Et exposons les livres à tous, au monde, aux vents et au soleil, ça leur fera du bien ! Oh, et puis plantons quelques arbres au milieu, pour bien rappeler que le papier, c’est du bois ! Usagers, quels usagers ? Ils ont des pattes, ils peuvent se débrouiller. »

La triste ironie de tout cela, c’est qu’au lieu de contribuer au désenclavement de cette partie de Paris, ancienne friche industrielle, le bâtiment au parvis impraticable s’est additionné à la longue traîne de la gare d’Austerlitz pour pérenniser l’isolement du quai Tolbiac. Certes, avec la ligne 14 et la rénovation des Grands Moulins de Paris (qui eux au moins auront été préservés — ici un très beau reportage photo sur les lieux avant qu’ils deviennent une antenne de l’université Paris-VII), c’est mieux qu’il y a dix ans, lorsque je hantais les lieux, mais c’est quand même une occasion tristement manquée, et pour plusieurs décennies.

#

Hollywood Walk of Fame

En plein dans la rédaction de « Sans Issue », la nouvelle qui m’avait amené à Los Angeles l’an dernier pour des repérages (photo ci-dessus, pour l’ambiance). J’ai terminé le synopsis le week-end dernier, et je le transforme désormais en quelque chose de lisible.

Par contre, je pressens que je vais avoir un problème, car ce synopsis fait déjà 4.400 mots : dans ces conditions, il va encore une fois être difficile de respecter les contraintes des revues (maximum 12.000, mais plutôt 6.000 en pratique, et moins si possible).

J’ai donc ressorti l’arme nucléaire, White Jazz, et je m’y replonge pour le style, ou peut-être son absence : initialement de 900 pages, le roman fut réduit à 350 pages par Ellroy, en coupant tout ce qui n’était pas utile — les verbes, notamment.

Allez hop, retour à la mine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :